Aller au contenu

Jarre à la corde

Aujourd’hui je vous présente une technique que j’apprécie beaucoup, très intéressante pour créer de grandes pièces

C’est à l’école d’art de Douai que j’apprends la fabrication jarre à la corde

La technique de la jarre

Cette technique permet de réaliser de grandes pièces, voir de très grandes pièces, à condition que le four soit à la hauteur !!! L’origine de la jarre à la corde est difficile à définir : antiquité? moyen âge? fin du 19ieme siècle ou 15ième siècle ? Si vous avez des infos n’hésitez pas à les partager sur ce blog

Fabrication de la jarre à la corde

Après avoir dessiné un modèle de jarre, un gabarit en bois amovible est fabriqué, celui ci est posé sur une plaque de terre qui constitue le fond de la jarre, ensuite on enroule une corde en chanvre Les plaques de terre sont posées de bas en haut, puis lissées à l’estèque. Après raffermissement de la terre le gabarit est démonté et la corde enlevée, celle ci laisse son empreinte à l’intérieur de la jarre. Ensuite la jarre peut être personnalisée par l’ajout d’un col, d’anses ou autres décorations

Le séchage se fait entre 3 ou 4 semaines dans un espace tempéré et protégé des courants d’air

Une fois sèche, c’est le moment de la cuisson : 10 heures jusque 1250°C, ce temps peut varier en fonction de la terre utilisée.

jarres a la corde

 

 

 

Potier, potière ou céramiste ?

Le potier céramiste

Potier ou céramiste ? Les deux utilisent l’argile, celle-ci est modelée, poncée, séchée, puis cuite.
Quand on parle de poterie il s’agit de pièces utilitaires : pots, vases, contenants divers, vaisselle, le potier/potière en font souvent des objets d’art, des pièces uniques ou des petites séries.
Quant à la céramique elle évoque plutôt des objets décoratifs, artistiques, c'est l’Art céramique… Mais parfois aussi utilitaires !!!
On peut donc dire que potier, potière et céramiste ont le même cheminement.
L’aboutissement c’est la création à travers une matière : l’argile, ensuite à chacun de suivre son chemin artistique

Voici donc les différentes techniques utilisées pour la fabrication

Le modelage

Le pot pincé :

Technique importante pour les débutants qui leur permet de faire connaissance avec la terre.
- C'est une boule de terre que tu creuses, que tu pinces régulièrement avec tes petits doigts ! pour obtenir un récipient souvent un petit bol pour commencer Avec un peu de patience, et de dextérité tu y arrives très bien !

La plaque :

Il s'agit de réaliser des plaques à l'aide d'un rouleau et de tasseaux d 'épaisseur différente selon son choix, on utilise également des croûteuses qui permettent de réaliser des plaques d 'argile de façon plus rapide et très régulières. Ensuite on laisse sécher plus ou moins les plaques de terre avant de les découper pour créer un objet comme des boites, le choix est très vaste, les difficultés plus ou moins grandes en fonction des formes choisies.

J'utilise cette méthode pour quasiment toutes mes pièces ainsi que l'estampage.

L'estampage :

c'est le modelage d'une plaque sur une forme en plâtre, pratique car le plâtre absorbe l'humidité de l'argile ou sur la base d'un objet du quotidien (saladier, bol...). Tu peux également appliquer des motifs sur cette argile c'est également de l'estampage.

Les colombins

La poterie en colombins est utilisée depuis la préhistoire avant que n'apparaisse le tour de potier ! En d'autres termes les colombins sont des « boudins » plus ou moins épais, ils permettent des créations assez libres.

Le tournage

Cette technique apparaît aux alentours de 4000 ans avant J.C. Le tour dispose d'une girelle, la rotation de celle-ci entraine la motte de terre que le potier ou la potière règle avec des gestes précis. Cette technique demande un apprentissage long ou le ressenti est très important.

Le moulage ou coulage

Cette fois la terre est utilisée sous forme liquide, c'est la barbotine (eau plus poudre d'argile très fine) Cette barbotine est coulée dans un moule en plâtre.

 

 

 

 

Histoire de la poterie céramique

UN PEU D’HISTOIRE… juste pour comprendre !

La poterie céramique : de la préhistoire à nos jours

La poterie apparait au néolithique (29 à 25000 ans avant J-C), c’est une période ou l’agriculture et l’élevage prennent une grande place dans la vie des hommes qui se sédentarisent.

Une question se pose : comment conserver et transporter les aliments ?

La solution est sous nos pieds : la terre argileuse ! que l’on trouve presque partout et qui se prête au modelage

histoire de la poterie céramique

Dans un premier temps on l’utilise crue, et séchée au soleil, l’homme qui est intelligent compris très vite que la cuisson de l’argile (feu ouvert) rendait les récipients bien plus solides.

 

La poterie devient artisanat !

Les artisans s’emploient à faire des recherches pour améliorer l’étanchéité des pièces, maitriser la cuisson : la poterie vernissée fait son apparition : émail à base d’oxyde de plomb que l’on peut colorer avec des oxydes, les poteries deviennent moins perméables

 

« Si le plomb était très présent dans les glaçures autrefois, ce n’est plus le cas dans la production locale européenne. Il en est de même pour le cadmium.

L’état français surveille les produits importés et les produits distribués en grande quantité. Certains produits chinois sont sur la sellette !!!

Dans certains pays, les restrictions sur les glaçures contenant encore du plomb sont aléatoires et les pièces à bas prix peuvent en contenir »

(document néo-céramistes)

Je vous rassure je n’utilise pas ces produits ! pour préserver votre santé et… la mienne !

Et pour cause il n’y a jamais de plomb dans un émail de haute température céramique vitrifié (grès, porcelaine), c’est chimiquement impossible, le point de fusion du plomb est beaucoup trop bas pour être utilisé comme fondant pour la haute température. On utilise la silice (sable)

Personnellement j’utilise le grès et pour la fabrication de mes émaux silice, craie, kaolin, feldspath, des oxydes naturels pour une cuisson entre 1250° et 1280°C.

Faire défiler vers le haut